El Metate

Texte / Texto O. Magdalena Chevrel et/y Claus Siebe

El Metate est un volcan éteint situé au milieu de la « meseta purépécha » dans le champ volcanique du Michoacán-Guanajuato (CVMG) au centre du Mexique. L’édifice mesure 900 m de haut, culminant à 2500 m d’altitude,  et s’étend sur une circonférence d’environ 10 km de diamètre. De par sa morphologie due aux pentes faibles de ses flancs, il est caractérisé de volcan bouclier. De plus, ce volcan est reconnu comme monogénique, c’est-à-dire que la construction de l’édifice n’est due qu’à seul un évènement qui a duré entre 35 et 270 ans. Cette évènement a été purement effusif (il n’y a pas d’évidences d’explosion) et a formé successivement une quinzaine de coulées de lave très volumineuses (jusqu’à 200 m d’épaisseur, 2 km de large et 15 km de longueur). Le début de l’éruption est daté vers l’an 1250 grâce à la méthode du C14 prélevé dans le sol sous une des premières coulées. L’absence de preuve de cette éruption dans les récits des premiers espagnols arrivés dans la région prouve que l’éruption a cessé bien avant leur arrivé en 1530. L’éruption a eu un impact considérable sur l’environnement local, recouvrant environ 100 km2 d’épaisses coulées de lave ce qui a modifié la configuration du réseau hydrologique et provoqué probablement des incendies de forêt. Une telle conflagration aurait forcé les populations humaines locales à migrer. Le moment de l’éruption coïncide avec la nucléation de personnes sur des sites situés sur les rives des lacs Zacapu et Pátzcuaro à proximité, à un moment qui correspond à la consolidation initiale de l’État tarasque (1250-1350). Par conséquent, l’éruption d’El Metate aurait pu contribuer aux processus qui ont conduit à la montée de l’empire Tarasque, qui a prospéré de 1350 à 1530.

El Metate est un volcan éteint situé au milieu de la « meseta purépécha » dans le champ volcanique du Michoacán-Guanajuato (CVMG) au centre du Mexique. L’édifice mesure 900 m de haut, culminant à 2500 m d’altitude,  et s’étend sur une circonférence d’environ 10 km de diamètre. De par sa morphologie due aux pentes faibles de ses flancs, il est caractérisé de volcan bouclier. De plus, ce volcan est reconnu comme monogénique, c’est-à-dire que la construction de l’édifice n’est due qu’à seul un évènement qui a duré entre 35 et 270 ans. Cette évènement a été purement effusif (il n’y a pas d’évidences d’explosion) et a formé successivement une quinzaine de coulées de lave très volumineuses (jusqu’à 200 m d’épaisseur, 2 km de large et 15 km de longueur). Le début de l’éruption est daté vers l’an 1250 grâce à la méthode du C14 prélevé dans le sol sous une des premières coulées. L’absence de preuve de cette éruption dans les récits des premiers espagnols arrivés dans la région prouve que l’éruption a cessé bien avant leur arrivé en 1530. L’éruption a eu un impact considérable sur l’environnement local, recouvrant environ 100 km2 d’épaisses coulées de lave ce qui a modifié la configuration du réseau hydrologique et provoqué probablement des incendies de forêt. Une telle conflagration aurait forcé les populations humaines locales à migrer. Le moment de l’éruption coïncide avec la nucléation de personnes sur des sites situés sur les rives des lacs Zacapu et Pátzcuaro à proximité, à un moment qui correspond à la consolidation initiale de l’État tarasque (1250-1350). Par conséquent, l’éruption d’El Metate aurait pu contribuer aux processus qui ont conduit à la montée de l’empire Tarasque, qui a prospéré de 1350 à 1530.

El Metate es un volcán ubicado en la Meseta Purépecha en el Campo Volcánico de Michoacán-Guanajuato en el centro de México. El edificio se extiende sobre una circunferencia de 10 km de diámetro, tiene 600 m de altura sobre su base y culmina a una altitud de 2910 m sobre el nivel del mar. Debido a su morfología caracterizada por las suaves pendientes de sus flancos, se cataloga como volcán tipo“escudo. Además, este volcán es considerado como monogenético, es decir, la construcción del edificio se debió a una erupción única que en este caso particular se estima duró aproximadamente 35 años. Este evento fue exclusivamente efusivo (no hay evidencia de actividad explosiva) y formó sucesivamente quince flujos de lava muy voluminosos (tienen hasta 200 m de espesor, 2 km de ancho y 15 km de longitud). El inicio de la erupción se fechó alrededor del año 1250 d.C. mediante el método de radiocarbono, utilizando material orgánico obtenido en el suelo bajo uno de los flujos de lava. Como su erupción no se menciona en las crónicas de los primeros conquistadores españoles que llegaron a esta región, debemos suponer que la erupción terminó mucho antes de su llegada en 1530 d.C. La erupción tuvo un impacto considerable en su entorno inmediato, cubriendo unos 100 km2 con flujos de lava espesos que modificaron la configuración de la red hidrológica y probablemente causaron incendios forestales. Tal conflagración habría obligado a las poblaciones humanas locales a migrar. El momento de la erupción coincide con un aumento poblacional en las orillas de los lagos cercanos de Zacapu y Pátzcuaro, en un momento que corresponde a la consolidación inicial del estado Tarasco (1250-1350 d.C.). Por lo tanto, la erupción de El Metate pudo haber jugado un papel en los procesos que llevaron al surgimiento del imperio Tarasco, que floreció desde 1350 hasta 1530 d.C.

Digital elevation model of El Metate shield volcano showing emplacement sequence (1–13) of the different lava flows. Sampling points of rock samples and paleosols (radiocarbon dating) are indicated. (after Chevrel, M.O., Siebe, C., Guilbaud, M.-N., Salinas, S., 2015. The AD 1250 El Metate shield volcano (Michoacán): Mexico’s most voluminous Holocene eruption and its significance for archaeology and hazards. The Holocene 26, 471–488. https://doi.org/10.1177/0959683615609757)

Le volume de lave produit est estimé entre 9 et 10 km3. Ce volume relativement important fait de cette éruption la plus volumineuse de l’Holocène dans la ceinture volcanique trans-mexicaine. C’est également l’éruption effusive andésitique la plus volumineuse connue dans le monde entier pour les derniers 12 000 ans. Les analyses pétrographiques, géochimiques et isotopiques des roches échantillonnées montrent que ses coulées de lave proviennent de la fusion partielle du manteau supérieur (dont la composition a été légèrement modifiée par subduction de la plaque coco sous la plaque nord-américaine). Les premières coulées de lave proviennent d’un magma qui est monté à travers la croute sans s’arrêter, alors que les laves plus tardives proviennent d’un magma qui s’est temporairement bloqué à une profondeur d’environ 7 à 10 km, permettant la cristallisation d’hornblende. Lors de la migration vers la surface (sur le dernier kilomètre) la vitesse d’ascension du magma était assez faible (104–105 kg/s), ce qui a permis un dégazage important dans le substratum et donc une éruption effusive sans fragmentation du magma. Les coulées de lave produites étaient relativement froides (950 -1000 °C) très visqueuses et leur vitesse d’épanchement était probablement assez faible (2 à 30 m/jour). La durée de mise en place d’une coulée était donc d’environ 2 ans pour les plus longues et environ 7 ans pour les coulées les plus épaisses. Ces coulées dites « en bloc » sont caractérisées par une surface formée de gros blocs (1 à 2 m3) anguleux à faces lisses. Ce sont des roches andésitiques partiellement cristallisées (50 à 60 % de cristaux) et peu poreuses (moins de 10 % de vésicules) pour la plupart sauf pour la dernière coulée qui contient 30 % de vésicules. Cette dernière est maintenant exploitée par les populations locales pour fabriquer des metates et molcajetes.

El volumen de lava producida se estima entre 9 y 10 km3. Esta cifra relativamente alta representa la erupción más voluminosa durante el Holoceno en el Cinturón Volcánico Mexicano. También es la erupción efusiva de composición andesítica más voluminosa conocida en todo el mundo durante los últimos 12,000 años. Los análisis petrográficos, geoquímicos e isotópicos de las rocas recolectadas indican que el magma se originó a partir de la fusión parcial del manto superior (cuya composición ha sido ligeramente modificada por la subducción de la placa de Cocos debajo de la placa Norteamericana). Los primeros flujos de lava provinieron de un magma que ascendió a través de la corteza terrestre sin detenerse, mientras que las lavas posteriores provinieron de un magma que residió temporalmente a una profundidad de entre 7 y 10 km, permitiendo así la cristalización del mineral denominado hornblenda. Durante su trayecto a la superficie (en el último kilómetro), la tasa de ascenso del magma fue baja (104-105 kg/s), lo que permitió su parcial desgasificación y, por lo tanto, una erupción efusiva sin fragmentación explosiva del magma. Los flujos de lava que emanaron fueron relativamente fríos (950-1000 °C), muy viscosos y sus velocidades de avance fueron probablemente bastante bajas (2 a 30 m/día). Por lo tanto, el emplazamiento de cada flujo duró aproximadamente entre 2 y 7 años en el caso de los flujos más largos. Estos flujos denominados « en bloques » se caracterizan por una superficie formada por bloques grandes (1 a 2 m3) con ángulos agudos y caras lisas. Son rocas andesíticas parcialmente cristalizadas (contenido de cristales entre 50 y 60% por volumen) y poco porosas (menos del 10% de vesículas) en su mayoría, exceptuando el último flujo de lava que contiene 30% de vesículas. Por sus características, esta última colada de lava se explota aun actualmente en las cercanías de Turícuaro para fabricar artesanalmente utensilios de molienda como lo son los metates y molcajetes.





Références:

Hasenaka T and Carmichael ISE (1986) El Metate and other shield volcanoes of the Michoacán-Guanajuato, Mexico. Eos, Transactions American Geophysical Union 67: 44.

Hasenaka T (1994) Size, distribution and magma output rates for shield volcanoes of the Michoacán-Guanajuato volcanic field, Central Mexico. Journal of Volcanology and Geother- mal Research 63: 13–31.

Chevrel, M.O., Guilbaud, M.-N., Siebe, C., 2016a. The ∼AD 1250 effusive eruption of El Metate shield volcano (Michoacán, Mexico): Magma source, crustal storage, eruptive dynamics, and lava rheology. Bulletin of Volcanology. 78, 1–28. https://doi.org/10.1007/s00445-016- 1020-9

Chevrel, M.O., Siebe, C., Guilbaud, M.-N., Salinas, S., 2016b. The AD 1250 El Metate shield volcano (Michoacán): Mexico’s most voluminous Holocene eruption and its significance for archaeology and hazards. The Holocene 26, 471–488. https://doi.org/10.1177/0959683615609757

(~ 1250 CE). Journal of Volcanology and Geother- mal Research. 336, 209–218. https://doi.org/10.1016/j.jvolgeores.2017.02.024

Mahgoub, A.N., Böhnel, H., Siebe, C., Chevrel, M.O., 2017. Paleomagnetic study of El Metate shield volcano (Michoacán, Mexico) confirms its monogenetic nature and young age